Scroll Top
37, Boulevard Habib Bourguiba 2036, La Soukra, Tunisie

Cancer du côlon : la maladie et traitements en Tunisie

Le cancer du côlon fait partie des cancers les plus courants chez les êtres humains. Il s’agit d’un problème qui touche les cellules au niveau de la paroi interne du côlon. Lorsqu’il est détecté à temps, le cancer colorectal est évitable.

Cancer du côlon : la maladie

Le cancer du côlon fait partie des cancers les plus courants chez les êtres humains. Il se place après le cancer de la prostate et celui du poumon chez les hommes et juste derrière le cancer du sein chez les femmes. La maladie atteint en moyenne une classe d’âge entre 70 et 75 ans. Il s’agit d’un problème qui touche les cellules au niveau de la paroi interne du côlon. Lorsqu’il est détecté à temps, le cancer colorectal est évitable.

Définition du cancer du côlon

Le cancer du côlon ou cancer colorectal est un cancer du gros intestin. Il se trouve principalement au bout du tube digestif, mais affecte aussi parfois la paroi interne du côlon.

C’est une maladie des cellules du rectum, qui se multiplient anormalement pour constituer la tumeur cancéreuse. Environ 1,5 million de cas se présentent chaque année dans le monde entier. Son impact ne cesse d’augmenter.

Au début, le cancer du côlon se révèle bénin et est appelé « polype ». Il peut évoluer au fil des années afin de devenir des tumeurs malignes. Le taux de survie des patients est très variable. Néanmoins, la maladie peut être traitée et guérie jusqu’à 90 % suivant le stade de sa gravité.

Les causes du cancer du côlon

Aucune étude n’a encore pu définir les causes réelles d’un cancer colorectal. On a pu, par ailleurs, identifier plusieurs facteurs de risque de cette maladie. L’âge constitue le principal élément qui permet de favoriser le cancer du côlon. La majorité des cas concernent des personnes âgées de plus de 50 ans.

Les antécédents familiaux et médicaux augmentent aussi les risques d’attraper ce cancer. C’est le cas, entre autres, des personnes atteintes des inflammations chroniques de l’intestin ou du syndrome de Lynch. Un test de dépistage sera nécessaire à cet effet.

La prévention du cancer du côlon passe également par les habitudes de vie. Il faut prendre soin de l’alimentation et faire régulièrement des activités physiques.

Cancer du côlon : la maladie

Le cancer colorectal est une maladie dans laquelle des tumeurs malignes (cancéreuses) se développent dans le côlon ou le rectum. Ces tumeurs peuvent être bénignes (non cancéreuses) ou malignes.

Les différents stades du cancer colorectal sont les suivants :

Stade I : La tumeur est petite et confinée à la paroi interne du côlon ou du rectum. Elle ne s’est pas propagée à d’autres parties du corps.

Stade II : la tumeur s’est développée à travers la paroi interne et dans les tissus voisins, tels que les muscles ou la graisse. Elle ne s’est pas propagée aux ganglions lymphatiques ni à d’autres parties du corps. Ce stade est également appelé cancer colorectal A de Dukes, car il est classé selon un système connu sous le nom de classification de Duke, ou stade A2 dans le système de stadification de l’American Joint Committee on Cancer.

Stade III : La tumeur a traversé la paroi du côlon ou du rectum et atteint les ganglions lymphatiques voisins (les ganglions lymphatiques font partie du système immunitaire). Elle peut s’être propagée au-delà de ces ganglions lymphatiques mais n’a pas atteint les organes voisins tels que le foie, les poumons ou les intestins. Ce stade est également appelé cancer colorectal de stade B de Dukes, car il est classé selon un système connu sous le nom de classification de Duke, ou stade B.

comment le cancer colorectal se propage

Le cancer colorectal commence dans le côlon ou le rectum et se propage à d’autres organes par le biais du système lymphatique ou de la circulation sanguine. Pour en savoir plus sur la propagation du cancer colorectal, y compris ses premiers stades et ses symptômes, lisez notre Guide des traitements du cancer.

Métastases des ganglions lymphatiques

Chez environ 30 % des personnes atteintes d’un cancer colorectal, la maladie se propage aux ganglions lymphatiques voisins – de petites structures à l’intérieur de votre corps qui font partie de votre système immunitaire. Les ganglions lymphatiques se trouvent dans tout le corps et tendent à être situés près des vaisseaux sanguins. Ils filtrent les germes et autres substances qui pénètrent dans l’organisme par la bouche, le nez, la peau ou le vagin.

Si votre médecin trouve des preuves de l’atteinte des ganglions lymphatiques sur un scanner ou un échantillon de biopsie, il peut recommander que vous subissiez une intervention chirurgicale pour retirer ces ganglions lymphatiques. C’est ce qu’on appelle une “lymphadénectomie”. Si tous les ganglions lymphatiques suspects ne sont pas retirés au cours de l’opération, ils peuvent être suivis par des examens d’imagerie tels que la tomodensitométrie ou la tomographie par émission de positons (TEP) pour vérifier s’ils sont toujours actifs.

Cancer du côlon : la maladie
Quels sont les symptômes d’un cancer du côlon ?

Au début, le cancer colorectal ne présente aucun signe majeur, car l’affection est encore très petite. Il peut être détecté uniquement par un test de dépistage, qui est fortement recommandé pour les personnes de plus de 50 ans. Au fur et à mesure que les polypes non cancéreux se développent, les symptômes naissent.

Les signes les plus fréquents sont les douleurs abdominales, les troubles du transit intestinal ou encore la présence de sang dans les selles. Cette dernière peut être souvent associée à des hémorroïdes. Certains patients souffrent d’anémie, de diarrhée persistante, de ganglions lymphatiques enflés…

Il est possible que le cancer du côlon soit asymptomatique, mais s’il n’est pas détecté à temps, les problèmes risquent d’atteindre les autres organes.

Les différents traitements possibles du cancer du côlon

Le traitement du cancer du côlon varie en fonction du stade de la maladie, de la taille des cellules affectées ainsi que de son emplacement. Malgré tout, les patients ayant bénéficié des soins appropriés peuvent obtenir de bons résultats et ont plus de chance de s’en sortir.

Différents traitements courants sont réalisables pour combattre le cancer colorectal. La chirurgie permet d’enlever la partie de l’organe affectée. La chimiothérapie sert à ôter les cellules cancéreuses. Avant l’intervention chirurgicale, la radiothérapie permet de brûler les cellules malignes et réduire la taille de la tumeur. Des thérapies ciblées s’adressent également à des situations plus particulières.

Comment Prévenir l’apparition d’un cancer colorectal

Les personnes qui présentent certains facteurs de risque de cancer colorectal doivent se soumettre à un dépistage régulier. Si vous présentez un risque moyen de cancer colorectal, vous n’avez pas besoin d’être dépisté avant l’âge de 50 ans. Votre médecin décidera quand commencer le dépistage en fonction de vos antécédents personnels.

Les deux tests couramment utilisés pour le dépistage du cancer colorectal sont les suivants :

la coloscopie, qui permet d’examiner le côlon et le rectum à l’aide d’un tube flexible appelé coloscope

La recherche de sang occulte dans les selles (RSOS) ou le test immunochimique fécal (TIF), qui permet de détecter la présence de sang caché dans les selles.

la chirurgie du cancer du côlon

La chirurgie du cancer du côlon, également appelée résection du côlon, est l’ablation de tout ou partie du côlon. La chirurgie du cancer du côlon peut être pratiquée pour diverses raisons, notamment : 

  • pour retirer des tissus cancéreux du côlon
  • Pour traiter la colite, une affection qui provoque une irritation et une inflammation du côlon
  • Pour traiter une maladie inflammatoire de l’intestin (MII), qui comprend la colite ulcéreuse et la maladie de Crohn.
  • pour traiter les complications de la diverticulite, une infection de petites poches dans la paroi du côlon.

La chirurgie du cancer du côlon peut être réalisée par voie ouverte ou par laparoscopie. La chirurgie ouverte nécessite une grande incision dans l’abdomen afin d’y accéder et d’enlever les tumeurs ou les anomalies. Le chirurgien referme ensuite l’incision à l’aide de points de suture ou d’agrafes. La chirurgie laparoscopique utilise de petites incisions par lesquelles des instruments chirurgicaux sont insérés dans la cavité abdominale pour retirer les tumeurs cancéreuses. Il existe plusieurs types de procédures laparoscopiques : la chirurgie mini-invasive (MIS), la MIS assistée par robot (R-MIS) et la MIS assistée par robot da Vinci.

Après l’opération, il se peut que vous ayez une iléostomie ou une colostomie. On parle d’iléostomie lorsque le côlon se termine dans la peau au lieu de rejoindre le rectum. Une colostomie se produit lorsque le côlon se termine par une ouverture près de la peau au lieu de rejoindre le rectum.

Les précautions après la chirurgie

Vous devrez prendre quelques mesures après l’opération pour éviter les complications :

Suivez les instructions de votre médecin concernant la prise de médicaments et de suppléments pendant la chimiothérapie ou la radiothérapie. Ces médicaments peuvent affecter la qualité de votre cicatrisation après l’opération.

Mangez souvent de petits repas plutôt que de gros. Vous éviterez ainsi les nausées et les vomissements, qui peuvent entraîner une déshydratation et une anémie due à la perte de sang.

Prenez des antibiotiques avant les soins dentaires ou d’autres interventions nécessitant des aiguilles, s’ils sont nécessaires pour prévenir l’infection de votre site chirurgical (plaie).

Vous questionnez, nos équipes répondent.

F.A.Q

La prédisposition génétique au cancer colorectal est une condition dans laquelle un individu a un risque accru de développer un cancer colorectal. Ce risque accru peut être dû à l’hérédité de certaines mutations génétiques.

Le cancer colorectal est le troisième cancer le plus fréquent dans le monde et la deuxième cause de décès par cancer dans les pays développés[1]. Environ 1 million de nouveaux cas de cancer colorectal sont diagnostiqués chaque année dans le monde[2]. La majorité des cancers colorectaux surviennent de manière sporadique, mais environ 5 à 10 % des personnes atteintes d’un cancer colorectal ont des antécédents familiaux de cette maladie. Les antécédents familiaux de cancer colorectal augmentent considérablement le risque de développer un cancer colorectal[3].

La prédisposition génétique au cancer colorectal est déterminée par des mutations génétiques spécifiques qui augmentent la probabilité de développer cette maladie. Des tests génétiques peuvent déterminer si un individu est porteur de ces mutations. Ces tests comprennent

Séquençage du gène : analyse de tous les exons et introns (régions codant pour les protéines) d’un gène afin de détecter tout changement susceptible d’entraîner une fonction ou une expression anormale[4].

L’analyse des mutations : analyse de l’ensemble de la région codante et des régions régulatrices (ADN situé en dehors des régions codant pour les protéines et qui contrôle la quantité de protéines produites) ;[5].

Les conséquences d’un régime alimentaire malsain sur le cancer du côlon

Les conséquences d’une mauvaise alimentation sur le cancer du côlon peuvent être dévastatrices. Le traitement médical du cancer du côlon comprend la chirurgie, la chimiothérapie, la radiothérapie et l’immunothérapie. Une alimentation saine est importante tout au long de la maladie. Les conséquences d’une mauvaise alimentation sont un risque accru de développer d’autres cancers, tels que le cancer du sein, de la prostate et de l’ovaire. Les survivants du cancer du côlon sont plus exposés aux maladies cardiaques et au diabète que la population générale. Les maladies cardiovasculaires sont plus susceptibles de survenir chez les personnes ayant subi une chimiothérapie ou une radiothérapie que chez celles qui n’ont pas été traitées avec ces thérapies.

Les facteurs de risque associés au développement du cancer colorectal sont les suivants :

L’âge : les personnes âgées de plus de 50 ans présentent un risque accru de cancer colorectal par rapport aux personnes plus jeunes. Les hommes ont également un taux d’incidence plus élevé que les femmes jusqu’à ce qu’ils atteignent l’âge de 70 ou 80 ans, lorsque les taux s’équilibrent entre les hommes et les femmes.

Antécédents familiaux : Les antécédents familiaux de cancer colorectal augmentent les risques d’en être atteint, car certains gènes augmentent la susceptibilité à ce type de cancer. Si vous avez deux parents proches (un parent ou un frère ou une sœur) chez qui un cancer colorectal a été diagnostiqué avant l’âge de 60 ans, votre risque augmente de 2 % par an au cours de cette période.

Si vous avez un polype, le risque qu’il se transforme en cancer est faible. Cependant, certains facteurs peuvent augmenter ce risque.

Le principal facteur est l’emplacement. Les polypes situés dans le rectum ou la partie inférieure du côlon sont plus susceptibles de devenir cancéreux que ceux situés dans la partie supérieure du côlon. En effet, il y a plus de cellules souches dans la partie supérieure de l’intestin, ce qui signifie qu’elles ont plus de chances de se transformer en cellules cancéreuses.

En outre, certains types de polypes sont plus susceptibles que d’autres de se transformer en cancer :

Les polypes adénomateux présentent un risque élevé de devenir cancéreux et doivent être retirés immédiatement. On les trouve généralement chez les personnes qui ont déjà eu un cancer colorectal et chez qui on a diagnostiqué des polypes adénomateux dans le gros intestin (côlon).

Les polypes hyperplasiques présentent également un risque élevé de devenir cancéreux et doivent être retirés immédiatement s’ils sont découverts lors d’un dépistage ou s’ils provoquent des symptômes tels que des saignements ou des douleurs. Ces excroissances sont généralement observées chez les personnes qui n’ont pas d’antécédents familiaux de cancer colorectal, mais dont les parents souffraient d’une maladie inflammatoire de l’intestin (MII) comme la maladie de Crohn ou la maladie ulcéreuse.

Une stomie digestive est une ouverture chirurgicale dans le tube digestif qui permet d’évacuer les déchets à l’extérieur du corps.

Une stomie est un trou ou une ouverture dans votre abdomen. Elle peut être créée par une intervention chirurgicale, par exemple lors de l’ablation des intestins à la suite d’un cancer ou d’une autre maladie. Une stomie peut également être créée au cours d’autres interventions chirurgicales, telles que l’ablation d’une partie de l’estomac en raison d’ulcères ou d’autres affections.

L’ouverture d’une stomie est généralement recouverte d’un système de poches qui recueille et retient les selles jusqu’à ce qu’elles soient expulsées du corps. L’appareillage comprend une valve unidirectionnelle qui empêche l’air de pénétrer dans le corps et aide à prévenir les blocages à l’intérieur du tube digestif. Le système de poche est également doté d’un sac de collecte où les selles s’accumulent jusqu’à ce que vous le vidiez chaque jour.

Vous apprendrez comment prendre soin de votre stomie pendant votre hospitalisation après l’opération, à la maison lors des visites de suivi avec notre personnel, et tout au long de votre vie en tant que patient ayant des besoins en matière de soins de stomie.

Publications similaires